About cut architectures

Our practice as a 4 hands design studio started in 2005 and we founded our company CUT architectures in 2008.

CUT, 3 letters standing for our aim to contrast deeply with the conformist Parisian Architectural practice and the expected positions and trends.
Breaking the boundaries between architecture, urbanism, interior design & art we are taking the inherent qualities of every of these fields in order to initiate inspiring hybrid projects.


We don’t make hierarchical distinctions between an art installation, a piece of furniture, a shop, a flat, a set design, a house or a building and put the same effort with the same process: we first search for the optimal plan layout and the most effective section and we then implement the material which is the key to a project for us. Through material we create, reinterpret, divert, innovate.


Stainless steel, expanded metal or wood take part of the esthetic aspect of a building as much as they are important for their inherent properties.
This close relation to the material, the building elements and building processes are the guaranty of our knowledge of construction costs and the keeping of a budget.


We have a strong knowledge in project management from our former professional careers which we used and developed for our own practice. We are working on projects for municipalities and public housing developers.


In 2012 we teamed up with Melbourne based March studio to developp the Damir Doma shop in Paris, earlier this year we designed and followed the construction of the Café Coutume Aoyama in Tokyo and are curently working on two new concepts for Osaka and Tokyo and developing offices for the Galeries Lafayette Group in Paris.

CUT architectures
Benjamin Clarens & Yann Martin


à propos de cut architectures

Nous avons débuté notre pratique indépendante début 2005. Depuis chaque projet a été conçu et développé à 2.
En 2005, nous créons d’abord une structure fictive qui deviendra une société en 2008: CUT dont les 3 lettres évoquent notre souhait de trancher avec les idées reçues, les attendus et la tendance. Nous décidons de rompre avec les limites classiquement admises entre architecture, urbanisme, intérieur, design et art et décidons de nourrir nos projets des qualités propres a chaque domaine pour générer des projets hybrides, autant d’échappatoires a la monotonie d’un quotidien que nous craignons trop.


Sans clivage, ni hiérarchie d’importance entre une installation plastique, un meuble, un appartement, une scénographie, une maison et un bâtiment, nous mettons en place notre outil de travail, cette passerelle entre ces domaines. Nous nous autorisons le gout du détail du meuble à l’échelle de l’architecture, la force plastique d’une installation à l’échelle de l’objet, du meuble ou de l’architecture.


Dans une démarche de persuasion réciproque, garante de la justesse du projet, nous recherchons de manière pragmatique le plan optimal répondant aux besoins d’un commanditaire, et la coupe offrant le confort adéquat. Nous imposons enfin la matière ; la consistance de fond et de forme comme la clé de la réussite du projet. Qu’il s’agisse de matière grise ou de matière plastique, le projet doit s’imposer de lui-même en toute évidence. Car si à nos yeux: sans idée forte, sans parti clair, un projet est vide de sens et d’intérêt, sans matière au sens plastique et constructif du terme, le projet n’existe pas. Qu’importe l’échelle, nous chinons, testons et confrontons des matériaux que nous détournons au besoin de leur domaine habituel d’application pour aboutir à l’alliage qui nous semble le plus cohérent au regard d’un site, d’un programme et d’un budget.

 

CUT architectures
Benjamin Clarens & Yann Martin