Centre de quartier / Community centre

Location : Montreuil - France

Date : 2012-2014

Area / Surface : 230m²

Budget : 470K€ HT

Pictures : © David Foessel

Collaborator : Nabil Aissaoui

 

Located within a social housing project, the community centre exists since the mid 60s. Even if the building was severely dilapidated it was respected and seen as a milestone by the inhabitants.

The renovation of the building honours its faceted outline and its yellow color, both making its identity. The proportions of the building are respected and the yellow color is glorified by the use of golden anodized perforated aluminum offering a second skin wrapping the building in a precious cocoon.

It gives intimacy to the dance room and the social workers offices and yet gives light and views towrd the outside. The base of the building is black painted to respect the proportions of the former building with the golden skin which integrates the planted roof lifeline.


Situé au cœur du quartier des Grand Pêchers à Montreuil le CLEC, centre de quartier, existe depuis les années 60 et plusieurs générations d’habitants du quartier s’y sont déjà croisées. Vétuste sa réhabilitation s’imposait. Notre position a été de ne pas de rompre avec l’existant mais plutôt à le transcender pour lier la future image du bâtiment à ce qu’elle était.

La silhouette facettée du CLEC et sa couleur jaune (béton peint) permettait déjà au CLEC de se distinguer du reste de la cité. Nous proposons ici de transformer le béton jaune en tôle d’aluminium anodisée dorée afin de s’inscrire dans une continuité tout en faisant peau neuve. La perforation de ces tôles permet de venir envelopper l’ensemble du bâtiment tel un cocon précieux assurant une meilleure intimité à la salle de danse et aux bureaux des services sociaux tout en offrant éclairement et visibilité vers l’extérieur du centre de quartier.

Dans un souci de conserver la silhouette dynamique du CLEC, son sous-bassement se distingue du reste des façades afin de réduire l’effet de masse généré par le prolongement de l’habillage de façade généré par l’intégration des garde-corps ajoutés en toiture.

Cette partie basse des façades destinée à l'appropriation par les riverains devenant support de graffitis tout autour du bâtiment. La toiture, visible depuis des dizaines d’appartements dans les tours avoisinantes est végétalisée.