BAM KARAOKE SENTIER, PARIS

Location : 50, rue d'Aboukir 75001 Paris

Date : 2016

Area / Surface : 110 m²

Budget : 395K€ HT

Pictures © David Foessel

Collaborators : Matthieu Sagot

The inspiration is taken from the traditional Japanese private karaoke box experience: cathode-ray screen, duplicable cabins, Japanese precision, technological utopia, … The place inhabits a futuristic nostalgia out of a science fiction movie from the 80s and the Japanese metabolist movement from the 60s.
The immersion is growing through the place, first in the cocktail bar where bronze-tinted mirrors reflect the bar and counter in steel and black glass together with the BAM logo neon light.
The floor is made out of Red, Green and Blue strips drives the visitor toward the corridor where the ceiling repeats the grid as a geometrical obsession projecting shadows leading the visitor to the boxes, RGB cell tribute to Kurokawa’s Nakagin capsules, dashboard of the perfect karaoke cession.

L’inspiration est née de la source même du karaoké privatif traditionnel tel qu’il est pratiqué au Japon : écran à tube cathodique, cabine transposable à l’infini, fantasme d’une précision nippone, utopie technologique,… Le lieu est donc empreint d’une certaine nostalgie futuriste, tout droit sorti d’un film de science-fiction des années 80 et du mouvement métaboliste japonais.
L’immersion se fait progressivement, dans le bar à cocktails tout d’abord où les reflets des miroirs teintés bronze offrent une impression d’immensité qui aspire. L’espace (et le temps) sont ici comme étirés, infinis. Dès l’entrée, le bar et la grande table en verre noir laqué, allégorie de deux écrans éteints, se répondent et renvoient la lumière. Le néon BAM, couleur champagne, accroché au mur se reflète lui aussi sur toutes les parois. Au sol, l’oeil est attiré vers un long couloir grâce une moquette de fils Rouge, Vert, Bleu, les trois couleurs source de l’image. La trame, répétée à l’infini comme une obsession géométrique, se retrouve également au plafond. Ossature métallique ajourée qui oscille entre passé et futur, et créé un canevas envoutant d’ombres et de lumières.
Guidé par les lignes le visiteur avance vers les boxes, écrins RVB hommages aux capsules de Nakagin de Kurokawa, tableau de bord de la cession de karaoke à venir en son et lumière.